Le lait de jument et les produits dérivés de notre jumenterie du Pech Blanc sont fabriqués avec un soin particulier : notre priorité étant le bien-être des chevaux. C’est pourquoi nous avons fait le choix d’une production bio, respectueuse des animaux et de l’environnement.

Un lait de qualité est produit seulement si les juments et leurs poulains sont en confiance et en bonne santé. Nous travaillons dans un bâtiment en bois construit par nos soins dans un souci écologique avec une intégration paysagère maximale.

On ne trait les juments que lorsque leurs poulains ont atteint l’âge de 2 mois. C’est l’âge où les poulains commencent à diversifier leur nourriture avec du fourrage et deviennent de plus en plus autonomes et indépendants. Petit à petit, les juments et leurs poulains s’habituent au rythme quotidien de la traite.

En période de traite, les chevaux sont rentrés dans la jumenterie. Les poulains sont écartés des juments de façon progressive, mais restent tout près d’elles, car leur présence est indispensable pour qu’elles donnent du lait. Au moment fort de la lactation, 3 traites par jour sont nécessaires pour obtenir suffisamment de lait sans perturber les relations avec les poulains. Chaque soir, les juments peuvent gambader dans les prés avec leurs petits jusqu’au lendemain matin.

La traite du lait de jument s’effectue donc à partir de 2 mois après la naissance des poulains et jusqu’à leur sevrage définitif, soit environ 5 mois. Elle s’effectue mécaniquement, car la machine offre une traite douce et régulière.

Une fois le lait récolté, il est immédiatement surgelé puis congelé afin de préserver toutes ses propriétés et de garantir une haute qualité du produit. Ce lait est très fragile, il est donc important de le manipuler et de le transformer le moins possible. Avec ce procédé, nous garantissons un lait cru  entier qui peut se conserver.

Le lait de jument est celui qui se rapproche le plus du lait maternel humain ? Il n’est produit qu’en faible quantité. C’est pourquoi il est surtout utilisé pour prévenir ou guérir des maladies, notamment celles du cœur, des intestins et de la peau.

Il est d’ailleurs très pauvre en matière grasse, ce qui le distingue du lait de vache, de chèvre ou de brebis, et ne lui permet pas d’être transformé pour l’alimentation (fromage, yaourts…). Le lait de jument est rare, il est donc essentiellement consommé pour ses bienfaits incroyables sur la santé.

Le lait de jument a une histoire passionnante : il est utilisé depuis des millénaires pour ses vertus sur la santé. Homère, Aristote, Hippocrate ou Hérodote en ont tous fait l’éloge. Cléopâtre prenait même des bains de lait de jument ou d’ânesse pour ses propriétés bienfaitrices pour la peau. Plus tard, il sera utilisé contre la tuberculose, et bien d’autres maladies. La Mongolie l’a d’ailleurs toujours reconnu comme un aliment donnant force et vigueur.

Le lait de jument a des propriétés très proches de celles du lait maternel humain. Sa composition en est si proche qu’il peut d’ailleurs être donné aux nourrissons. Pour les personnes ayant une intolérance au lactose, il est très bien toléré. En effet, lorsque l’on en consomme, il produit naturellement l’enzyme lactase qui permet au corps de mieux métaboliser le lactose.

Les vertus du lait de jument sur la santé sont multiples. Tout d’abord, il active et rééquilibre la flore bactérienne intestinale. C’est un excellent allié pour le transit puisqu’il combine le lysozyme et la lactoferrine, des protéines qui stimulent les bonnes bactéries et réduisent la prolifération des mauvaises. Aussi, les peptides bioactifs produits par la digestion du lait de jument, ainsi que le magnésium et les oméga 3 et 6 qu’il contient, apaisent les inflammations intestinales.

Les peptides bioactifs et les nombreux acides aminés présents dans le lait de jument renforcent le système immunitaire en augmentant les anticorps, et participent au bon fonctionnement cardio-vasculaire, en régulant la pression artérielle.

Le lait de jument a également une action antimicrobienne et anti-inflammatoire bienfaitrice pour le fonctionnement du corps. D’ailleurs, il n’y a encore pas si longtemps, lorsque les enfants tombaient malades, on leur en administrait. Nos grands-parents s’en souviennent encore, alors qu’à notre époque, nous avons, pour la plupart, oublié cette habitude saine et naturelle pour se soigner.

Alors, envie d’essayer ?